Vendredi 17  juillet – 22h00

Lilith

55mn

On connait bien Eve, certes, mais on connaît moins Lilith. Et pour cause, ce personnage féminin qui n’est pas né de la côte d’Adam a traversé bien des mythologies pour apparaître brièvement dans la Bible. Elle s’y serait même métamorphosée en ce serpent fatal qui fit manger la pomme au couple déchu. Issue des traditions les plus anciennes, Lilith s’oppose en fait à Eve, comme la femme fatale à l’épouse docile. Et sur une proposition de Julie Recoing, Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre s’est emparé de la figure de cette mère de l’Humanité, femme vénéneuse et rebelle, sensuelle et fertile, démoniaque et protéiforme, pour écrire un texte ouvrant sur la condition féminine à travers les âges. Sur scène, entouré de deux musiciens, Julie Recoing dit ce texte, le chante, le susurre ou le martèle pour offrir un monologue rock tout à l’honneur de celle que, bien plus qu’Eve, on pourrait qualifier de première (vraie) femme.

La compagnie
Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre a écrit plus d’une dizaine de textes de théâtre, pour certains édités aux Solitaires Intempestifs, et montés par des metteurs en scène comme Karelle Prugnaud ou Nathalie Kousnetzoff. Julie Recoing s’est formée à l’ENSATT puis au Conservatoire National. Elle est accompagnée sur scène par deux musiciens, Geoffrey Palisse et Etienne Baret, sur une partition composée par ce dernier.

Au commencement était mon envie de travailler sur le personnage de Lilith.
Lilith la sombre
Lilith la rebelle
Lilith la démone immortelle
Lilith la première femme méconnue, née de la même argile rouge qu’Adam… et chassée de l’Eden parce qu’elle n’a pas accepté d’être assujettie, soumise à ce que le masculin exige du féminin.
Née en même temps qu’Adam et non tirée de la côte de celui-ci comme Eve, elle était son égale et exigeait d’être considérée comme telle.

J’ai fait appel à Hédi Tillette de Clermont Tonnerre camarade de conservatoire et dont j’aime l’écriture, pour m’aider. Je me suis adressée à un homme. Je ne voulais pas que cette histoire devienne un brulot féministe à sens unique.

Dans cette histoire de création du monde, de Genèse, d’ancien et de nouveau testament, Lilith symbolise le creuset où se fondent la démocratie, la liberté, la responsabilité civique… Une société hétérogène où les êtres humains apprennent à vivre ensemble en dépit de leurs différences de
sexes, de cultures ou de religions.

Hédi et moi avons fait des recherches autour de la figure de Lilith : féminité, place du féminin dans la société, liberté, pouvoir, rapport à l’amour, au sexe et au père… C’était un vaste programme !

Hédi a écrit le texte. Je lui ai demandé aussi d’écrire des chansons. Nous avions parlé de Nina Hagen, de Janis Joplin, de Amy Winehouse… Lilith dans une de ses multiples vies n’aurait elle pas pu être une star du Rock ?

Le texte écrit, Hédi m’a proposé d’en donner une lecture au festival Contre Courant à Avignon en 2011. L’aventure prenait corps. On a continué..

J’ai fait appel à Etienne Baret et Geoffrey Palisse, guitaristes-compositeurs. Nous avons travaillé. Les chansons sont nées. Nous avons enregistré avec Nicolas Delbart ingénieur du son.

Kogan Gallery ( galerie d’art) nous a suivi dans cette aventure. Deux représentations y ont été données. Le texte, l’histoire de cette femme méconnue a trouvé un écho très fort chez les spectateurs, apprenant, revisitant par la parole de Lilith cette histoire de la Genèse, d’Adam et d’Eve, de la création du monde qui fait partie de notre inconscient collectif.

J’ai voulu un spectacle léger, que l’on puisse installer rapidement au hasard des lieux, comme s’il devenait urgent pour Lilith de prendre la parole, de se faire enfin connaître et surtout de rétablir la vérité.

Julie Recoing, octobre 2013

"La pièce de Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre explore la figure, maudite dans la Bible, de la première femme, tirée de la même argile rouge qu’Adam et qui n’accepta pas d’être soumise à l’homme. L’actrice Julie Recoing, à la belle voix rauque and roll, scande avec force un texte d’une belle venue littéraire exaltée. La musique d’Étienne Barret, qu’il interprète (guitare) avec Geoffroy Palisse (basse), escorte avec une mâle vigueur, renforcée par le concours du sonorisateur Nicolas Delbart, le « vocero » déchirant de celle qui aurait inventé la parité avant la lettre ; sombre et lumineuse héroïne, cette fois réhabilitée à sa juste hauteur subversive par une jeune artiste pleine d’allant et de courage qui ne mâche pas les mots et les profère avec ardeur et ferveur."

L'Humanité – Jean-Pierre Léonardini

 

"Et si Adam avait eu une autre compagne, avant Eve ? Et si cette femme, première de toutes les femmes, l’avait quittée, trop « rebelle » ? S’inspirant d’une citation de la Genèse (« Dieu créa l’homme et la femme à s…on égal ») et de la Kabbale, Julie Recoing réhabilite la figure de Lilith, dans un grand cri de révolte contre l’assujettissement de la gent féminine au pouvoir masculin. En paroles, en musiques rock et en chansons. Drôle, grave, tendre, joyeuse, débordante de force de vie, elle fait entendre la voix de l’éternelle « insoumise », libre, combattante, qui ne réclame ni vengeance ni guerre des sexes. Uniquement, le partage d’égal à égal avec l’Autre. L’homme."

La Croix – Didier Mereuze

www.envotrecompagnie.fr